La couche d’ozone

La couche d'ozone

L’ozone a été découvert par Christian Fredrich Schönbein en 1840 au cours d’une expérimentation en procédant à l’électrolyse de l’eau. Schönbein a déterminé l’ozone en exposant à l’air pendant quelques heures une solution à base d’amidon et d’iode déposée sur un papier. Ce papier blanc a pris une couleur violet plus ou moins foncé. La méthode a été utilisée jusqu’en 1920. La structure chimique de l’ozone est O 3 . C’est un gaz extrêmement toxique de couleur bleu pâle avec une forte odeur qui est semblable à celle du chlore dans les piscines ou à l’eau de javelle. L’ozone bout à -111,9° C, fond à –192,5° C et possède une densité de 2,144 g/ml. Une molécule d’ozone se décompose en l’espace de quelques minutes à quelques heures. L’ozone se forme lorsqu’une étincelle électrique traverse l’oxygène. Il a une relativité chimique supérieur à l’oxygène et c’est un oxydant plus puissant. Il est utilisé pour purifier l’eau, pour stériliser l’air et pour blanchir certains aliments. On retrouve l’ozone principalement dans la stratosphère et dans la troposphère, deux des couches composants l’atmosphère. La couche d’ozone se situe à une altitude comprise entre 12 et 20 Km et sa concentration est de 10 ppm ( parties par million). Cette couche a environ l’épaisseur d’une pièce d’un franc (photo). Il existe un bon et un mauvais ozone. Le bon ozone de la stratosphère nous protège contre les rayons UV. Tandis que le mauvais ozone est celui au niveau du sol. Il vient principalement d’une réaction chimique qui se produit lorsque certains polluants se combinent à la lumière du soleil. Il est un des principaux composants du smog.

Depuis 1979, les scientifiques ont observés un trou dans la couche d’ozone qui se formait tous les printemps au-dessus de L’Antarctique à cause des conditions météorologiques et des concentrations de produits chimiques industriels. Ce trou a atteint une grandeur record de 28,3 million de Km2 en 2000 (Photo). Des pertes d’ozone ont été repérées dans d’autres régions du monde. Une perte annuelle moyenne de 3 pour cent a été détectée au-dessus d’Avosa, en Suisse, depuis au moins dix ans. En Norvège, un trou dont la taille atteint le tiers de celui de l’Antarctique a aussi été découvert. Ce phénomène est causé par l’utilisation des CFC (chlorofluorocarbures) présents dans les bombes aérosols comme agents propulsifs, dans les fluides frigorifiques utilisés dans les climatiseurs et les réfrigérateurs. Les agents responsables de la dégradation de l’ozone sont le chlore (Cl2 ) des CFC ainsi que le brome (Br2 ) provenant du bromure de méthyle (CH 3 Br), une substance très utilisée pour stériliser les sols et tuer les parasites. Le brome est 40 fois plus nocif que le chlore. Le trou de la couche d’ozone laisse passer les rayons ultraviolets du soleil. Ces rayons sont nocifs pour la santé car ils peuvent causer des cancers de la peau, des affaiblissements du système immunitaire, une augmentation du smog ainsi qu’une baisse du rendement agricole. Pour chaque baisse de 1% de la couche d’ozone, il y a une hausse de 1,2 % des rayons UV.

En 1987, une convention internationale a été signé par 173 pays dans le but de réduire l’utilisation des CFC. Cette entente, appelée le protocole de Montréal, limite la production et la consommation des substances qui épuisent l’ozone. Au Canada, nous recyclons et entreposons ces substances nocives pour ensuite en disposer lentement dans l’atmosphère par ventilation où le soleil les décompose. C’est le seule moyen de s’en débarrasser. Pour l’instant, les CFC ont été remplacé par les HCFC (hydrochlorofluorocarbures) qui sont beaucoup moins dommageables pour la couche d’ozone. Ces derniers devront être éliminés car ils libèrent également des atomes de chlore.

Il existe plusieurs façons de protéger la couche d’ozone : entretenir les appareils de réfrigération, remplacer les extincteurs d’incendie qui contiennent des halons et vérifier le système de climatisation des voitures et des maisons. L’amincissement de la couche d’ozone laissant passer une grande quantité de rayons UV, la crème solaire est alors un excellent moyen de vous protégez ainsi que le port du chapeau et des lunettes soleil. Les scientifiques ne s’attendent pas à ce que le trou s’agrandisse encore beaucoup, mais les valeurs de l’ozone continuent à tomber. On s’attend à ce que l’ozone dans la stratosphère tombe encore de 80% à 90%. Les scientifiques prévoient aussi que la couche d’ozone va se régénérer d’ici une centaine d’année.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*