Joseph Louis Gay-Lussac

Jospeh Louis Gay-Lussac

Né en 1778, Louis-Joseph Gay-Lussac a grandement participé à l’avancement de la chimie telle que nous la connaissons aujourd’hui. Cet érudit, natif de St-Léonard-de-Noblat en Haute-Vienne, était un grand physicien-chimiste et professeur à la Faculté de Sciences de l’École polytechnique. Très tôt, ses recherches le menèrent à étudier les gaz.

En 1802, il exposa, dans son premier mémoire, sa théorie portant sur la loi qui régit les propriétés élastiques uniformes des gaz, quelles que soient leur nature, leur température et leur pression. Cette loi affirme que lorsque la température d ’un gaz augmente, son volume augmente, à la condition que la pression ainsi que le nombre de particules gazeuses demeurent inchangés. Cette découverte le rendit célèbre à travers toute l’Europe à l’âge de 24 ans. La découverte du coefficient de dilatation des gaz amena celle de la loi d’Avogadro et prépara la voie à la théorie cinétique des gaz.

Il étudia le magnétisme terrestre avec Jean Baptiste Biot, professeur de physique du collège de France et, au cours d ’une expérience, ils s’élevèrent en ballon à 4000 mètres. Lors d’un deuxième essai, trois semaines plus tard, ils s’élevèrent à 7016 mètres, marquant un record d’altitude qui permit de prouver que la composition de l’air, peu importe la hauteur, demeure la même. En 1805, Gay-Lussac énonça sa seconde loi fondamentale des gaz, c’est-à-dire la relation existant entre les volumes des gaz en combinaison. Cette loi ne fut vraiment établie que six ans plus tard, lorsque Avogadro énonça le principe distinguant les atomes des molécules.

Avec le baron Louis Jacques Thénard, un chimiste français, il montra que le chlore est un corps simple, découvrit le bore, fit des études sur l’iode, découvrit les acides fluosiliciques et fluoboriques et isola le cyanogène. En 1815, le résultat de leurs travaux sur l’acide prussique permit de démontrer que la fonction acide est caractérisée par la présence d’un radical hydrogène.

Gay-Lussac pressentit l’incidence économique de la chimie sur l’industrie. Il améliora les procédés de fabrication de l’acide sulfurique (1818), de l’acide oxalique (1829) et perfectionna les procédés d’affinage des métaux précieux. Ce grand scientifique mourut à Paris, en 1850. La chimie venait de perdre l ’un de ses grands pionniers.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*