La planète Mars

Planète Mars

Une planète intriguante

Connue depuis le début de l’humanité, Mars fut baptisée ainsi à cause de sa couleur rouge très prononcée qui évoque le violent dieu romain de la guerre. Son mouvement rétrograde occasionnellement dans le ciel ce qui soulevait d’insurmontables interrogation chez les anciens qui adhéraient à la théorie du géocentrisme. Pourquoi Mars reculait-elle sur sa trajectoire habituelle ? La découverte de la réponse renforça la théorie de l’héliocentisme, Mars ne reculait pas : nous la dépassions.

L’atmosphère et l’eau de Mars

Tout comme Vénus, Mars ressemble à la Terre par certains aspects mais en diverge sur des point essentiels. La planète Mars est particulier deux fois plus petite que la nôtre, 10 fois moins massive ( sa densité est aussi plus faible) et la gravité à la surface est de l’ordre de 3/8 de celle de la Terre. Là où Mars ressemble davantage à notre monde est au niveau de son passé. En effet, certains détails semblent prouver que jadis, l’eau coulait sur Mars. La température devait y être plus élevée, la planète ayant à cette époque une atmosphère beaucoup plus importante et plus riche en oxygène. Il est donc facile de supposer que la vie ait pu naître sur cette planète. Mais aujourd’hui, presque toute l’atmosphère s’est échappée dans l’espace, la force d’attraction de la planète n’étant pas suffisamment grande. L’eau y est encore présente, mais on ne la retrouve qu’aux pôles dans les calottes glacières, dans les sous-sol, ou sous forme de nuages très ténus. Le fer présent au sol s’est oxydé, lui donnant sa couleur rougeâtre. 95 % de l’atmosphère martien ne se compose maintenant que de CO2. L’effet de serre y est quasiment nul. L’augmentation de température n’est que de 5°C, contre une trentaine de degrés pour la Terre. Aujourd’hui encore, l’atmosphère martienne tend à se disperser dans l’espace. La température à la surface de Mars varie entre 25°C au zénith en été à -140°C aux pôles en hiver.

Les saisons martiennes

Mars ressemble à la Terre en au moins deux autres points intéressants. Son jour sidéral s’étend sur un peu plus de 224 heures et l’axe de rotation est incliné d’environ 24°, provoquant un phénomène de saisons bien distinct comme sur Terre. Le principal changement qu’amènent ces saisons est le rétrécissement ( ou l’expansion, selon la saison ) des deux calottes polaires. En été, elles sont très peu étendues, mais elles peuvent descendre jusqu’à 50° de parallèle en hiver. Cependant, on voit bien que les ressemblances s’arrêtent ici. De puissants orages de poussière balayent en quasi-permanence la planète. L’atmosphère très mince donne une impression de ciel rosé plutôt que bleu.

La géologie martienne

Aucune tectonique des plaques n’a été détectée sur Mars, et rien n’indique qu’elle a existé dans le passé. Par contre, Mars est réputée pour ses nombreux et imposants volcans, en apparence tous éteints. Le plus gigantesque d’entre eux, et par le fait même le plus gros du système solaire, fait 27 kilomètres de haut. Baptisé le Mont Olympe, sa base s’étend sur 600 kilomètres. Mars comporte plusieurs terrains d’une géologie très intéressante. Après le Mont Olympe, Valles Marineris est également une structure géologique unique. Il s’agit d’un canyon de plusieurs milliers de kilomètres de long et d’une dizaine de kilomètres de profondeur. Une distinction notable se fait entre l’hémisphère sud et l’hémisphère nord. Le relief de ce dernier est plutôt plat, rappelant les mers lunaires, tandis que l’hémisphère sud est beaucoup plus chaotique. Les cratères d’impact y sont beaucoup plus nombreux. Les volcans se concentrent dans l’hémisphère nord, ce qui explique un terrain plus régulier et plus jeune.

La vie sur Mars

Mars fascine les hommes depuis toujours. Ainsi, on a longtemps cru qu’elle était habitée. En effet, les premières observations au téléscope révélaient des variations de couleur au cours des saisons. Ce phénomène fut associé à de la végétation qui se développaient en été et mourrait en hiver, comme sur Terre. De plus, d’étranges lignes verticales ( partant des pôles pour rejoindre l’équateur ) furent observées, et l’on pensa aussitôt que c’était des canaux d’irrigation construits par une civilisation intelligente et servant à amener l’eau des pôles jusqu’aux régions habitées. Cette croyance était tellement ancrée qu’un animateur de radio avait réussi sans le vouloir, en 1938, à faire croire à la population que les Martiens avaient envahi la Terre. Il ne s’agissait en fait que d’une émission radiophonique tout ce qu’il y a de plus ordinaire. L’animateur avait simplement mal choisi son sujet ! Il n’en avait pas moins répandu la panique. Mais l’idée de cousins interplanétaires s’est éteinte rapidement dés que l’on a découvert, par observations, que la température sur Mars moyennait les -50°C ( contre 17 pour la Terre ) et que la végétation se trouvait n’être que de vulgaires tempêtes de poussière, d’une énorme violence par contre. La planète rouge n’abritait peut-être pas d’êtres évolués, mais l’espoir de découvrir de la vie primitive vivait toujours. D’autres missions au programme consistant à l’analyse du sol martien plus minutieusement trancheront vraisemblablement la question.

Le débat concernant la vie sur Mars est loin d’être terminé. Certains s’obstinent à l’idée que l’environnement est trop hostile, mais d’autres continuent d’avoir des lueurs d’espoir à la moindre trace d’une preuve potentielle. On a découvert des météorites qui, dit-on, viendraient de Mars. Leurs analyses en profondeur auraient permis de détecter des fossiles de bactéries. Mais leur origine martienne est énormément contestée. En effet, le fameux caillou a traîné sur Terre pendant 13 000 ans, bien plus qu’il n’en faut pour la contaminer avec des organismes terrestres.

Le visage de Mars

Un cliché étrange a marqué l’histoire de l’exploration de Mars. Les sondes Viking, les premières à avoir approcher la planète rouge, ont photographié une structure rocheuse qui donne (encore) l’impression d’un visage humain. Mais il ne s’agit que d’un jeu d’ombres. Des images plus récentes, prises par une caméra possédant une meilleure résolution ( celle de Mars Global Surveyor ) ont prouvé que le légendaire visage, qui a intrigué les hommes pendant près de 25 ans, n’était pas l’oeuvre d’une civilisation avancée. Mais il n’en demeure pas moins intéressant !

Le visage de mars
Le visage de mars

Phobos et Deimos

Mars possède deux minuscules satellites naturels. Ils tiennent leurs noms des fils d’Arès et signifient respectivement crainte et épouvante. Ils furent découverts en 1877. On déduit, par leur forme très irrégulière, que ces deux petits corps ne sont rien d’autre que des astéroïdes capturés par la planète. Cependant, certains sceptiques ne croient pas en cette théorie, soutenant que l’attraction de Mars est trop faible pour perturber la course des planètes mineures.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*